Lorsque nous avons finalisé la production de l’un de nos jeux de formation et que nous le livrons, heureux, à notre client, nous ne faisons pas que livrer un support. Eh non ! Notre rôle est aussi de lui faciliter la prise en main de cet outil et de lui transmettre nos trucs et astuces pour être animateur du jeu. Voici nos 5 conseils !

Animateur Vs. Formateur

Lundi 4 septembre 2017 : et me voilà, sur le palier de la classe de CP de mon fils, avec les petits bureaux bien alignés deux par deux. Sans oublier la maîtresse dont le bureau domine et englobe d’un seul regard tout l’espace : on croirait presque une rock star devant son public !

Bon nombre de formateurs et de managers ont gardé une trace indélébile de ce contact avec l’Être suprême qui détenait savoirs et pouvoir. Le support Powerpoint est venu renforcer cette situation : d’un côté, celui qui détient le savoir et qui fait défiler les slides, de l’autre, l’apprenant qui prend des notes.

Sortir de ce rôle de formateur n’est pas toujours aisé et il est nécessaire de s’interroger sur sa posture d’animateur quand on intègre des supports ludopédagogiques dans sa formation ou sa réunion.

En effet, le formateur est au centre de l’attention quasiment du début à la fin de son intervention. Au contraire, l’animateur d’un jeu de formation va progressivement sortir du champ de vision du participant.

La posture de l’animateur

Lors d’une formation par le jeu, les 2 temps principaux sont le temps de jeu durant lequel se déroule les différentes parties puis le temps de debriefing, moment où l’animateur va faire le lien entre le contenu du jeu et le contenu de la formation.

Les 3 postures de l’animateur lors du temps de jeu :

  1. La 1ère posture de l’animateur par le jeu est proche de celle du formateur : il est au centre du cercle des participants. Son rôle : donner les règles du jeu ! L’animateur va, à ce moment-là, donner 3 informations essentielles pour démarrer le jeu : l’objectif du jeu, ce que le joueur doit faire quand c’est à son tour de jouer et comment savoir quand la partie est finie. Et hop ! En 2 minutes, le jeu est lancé !
  2. Ensuite, l’animateur se positionne au niveau du cercle des participants. Son rôle : accompagner la partie qui démarre, répondre aux questions, rendre autonome chaque joueur, donner des précisions si nécessaire.
  3. Une fois que chaque joueur est à l’aise avec le jeu, l’animateur sort du cercle des participants. Son rôle : être attentif au déroulement de la partie, prendre note des actions de jeu, des réactions des participants… et ce, jusqu’à la fin de la partie.

Puis, lors du debriefing :

  1. Une fois le temps de jeu terminé, il est temps de passer au debriefing. L’animateur, dans un 1er temps, interroge sur le déroulement de la partie, sur ce qu’ont vécu les participants. Il peut s’appuyer notamment sur qui a gagné et qui a perdu la partie. Quelles actions ont permis au gagnant de gagner ? Quelles actions ont été fatales au perdant ? Ces questions permettent ainsi de lancer les échanges.
  2. L’animateur peut ensuite faire le lien avec le contenu de la formation avec l’aide des participants : quel lien font-ils entre ce qu’ils ont vécu lors du jeu et ce qu’ils vivent au quotidien dans leur métier par exemple ? Que doivent-ils retenir ? L’animateur peut également apporter du contenu complémentaire pour renforcer le contenu du jeu.

Vous savez maintenant (presque) tout sur la posture de l’animateur par le jeu. Pour facilement rentrer dans ce rôle, vous devez connaître sur le bout des doigts les règles du jeu que vous utilisez. S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir, ce serait celle-ci !

 

Vous souhaitez en apprendre davantage sur la ludopédagogie, téléchargez notre premier livre blanc :